« Nous, gens de la terre : Guyane, de la terre jusqu’au ciel », sur France Ô

Une fois par mois, France Ô propose un documentaire dans le cadre de son magazine Kaz et fait donc prochainement une halte chez les Hmongs avec Guyane, de la terre jusqu’au ciel. Programmé le 20 décembre 2018 à 20 h 55, le film explore l’évolution de ce peuple à travers les cheminements de trois générations depuis les années 70.

Le film de Philippe Rostan revient sur l’histoire des Hmongs installés en Guyane et qui tiennent depuis plusieurs années un « rôle : être paysans en Guyane ». Le magazine suivi d’un débat évoque les différentes questions liées à la problématique de l’installation puis de l’évolution d’un peuple implanté en Guyane dans les années 70. De la première génération d’agriculteurs qui a complétement transformé et fait grandir le secteur primaire guyanais de Cacao à Javouhey, à celle qui a choisi d’autres secteurs d’activités ou celle qui pense l’agriculture autrement, le film sonde la réalité de la communauté Hmongs. Le film offre l’opportunité de se « poser la question éternellement ouverte de la double, triple culture ; et du devenir des générations futures ».

Nous, gens de la terre : Guyane, de la terre jusqu’au ciel
Ils sont Français originaires d’Outre-mer. Ils sont agriculteurs ou éleveurs. Personne ne connaît leur histoire, personne ne connaît leur quotidien et, pourtant, tous ont des défis communs à relever : contribuer à l’autosuffisance de leurs territoires, diversifier leurs cultures, s’adapter aux changements climatiques ou encore parvenir à une agriculture plus durable.

Ces femmes et ces hommes, avec leur histoire et leurs identités, ont créé un patrimoine agricole qu’il s’agit de valoriser. Car, eux, plus que d’autres, n’ont eu de cesse de se réinventer et de s’adapter à un monde qui change.

Escale chez les Hmongs de Guyane.

Quarante ans après leur installation en Guyane à l’initiative de l’État français, les Hmongs, agriculteurs originaires d’Asie du Sud-Est, sont aujourd’hui les maîtres du marché de la production maraîchère.

Pour ce peuple en errance depuis des siècles, la Guyane est une terre d’élection où ils se sont sédentarisés et intégrés. Forts de leurs succès, ces acteurs incontournables de la vie économique guyanaise ont même stimulé des vocations au sein d’une population multiculturelle.

Les nouvelles générations, encouragées par leurs parents, sont désormais présentes dans tous les domaines de la société. Jeunes exploitants agricoles faisant face aux enjeux et aux défis de l’agriculture nouvelle – croissance de la population, protection de l’environnement, renforcement du marché local et réduction des importations- ils n’hésitent pas à bousculer les méthodes traditionnelles tout en jouant de la solidarité, une valeur propre aux Hmongs. Ingénieurs au Centre spatial de Kourou, où ils observent et étudient la terre du ciel, ils vivent en milieu urbain : ce qui les a éloignés de leur culture qu’ils cherchent aujourd’hui à retrouver.

De la terre jusqu’au ciel, un saut rapide et magnifique dans le temps et l’espace pour les membres de cette communauté, qui ont à cœur de ne pas perdre les liens solides et infinis qui les unissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *