Le 42e festival de Fort-de-France sous le signe de Césaire

Le 42e festival de Fort-de-France qui s’ouvre ce vendredi 5 juillet 2013 ne pouvait pas être autrement placé que sous le signe du centenaire d’Aimé Césaire qui à lui-même présidé aux destinées de la ville pendant plus de 50 ans.

42e festival de Fort-de-France
42e festival de Fort-de-France

Du 5 au 21 juillet, de nombreux événements feront de la ville un centre très vivant de la Martinique où le public pourra vivre le festival en musique, en poésie, en débat ou encore en expositions. Les manifestations allient patrimoine culturel, tradition, spectacle contemporain ou rencontres autour de l’œuvre et du parcours littéraire et politique de Césaire. Après le lancement officiel du festival dans la matinée du 5 juillet, celui du Cénacle marquera cette journée, avec pour premier thème de conférence : Ernesto Guevara dit : « Le Ché ». Un sujet qui réunira plusieurs personnalités, comme Aléïda Guevara-March, fille du Ché, ou la politologue Janette Habel. Cuba n’est pas le seul pays invité par le biais d’un de ses ressortissants, puisque des intellectuels de République Dominicaine, du Sénégal et du Mali prendront part au festival de Fort-de-France au travers de leurs interventions. Ce Cénacle en hommage à Simone Vaton, militante politique disparue en début d’année, affiche pas moins d’une dizaine de rencontres dans sa programmation qui proposera notamment, parmi les thèmes de conférences : Aimé Césaire, une force pour l’Amérique latine, Césaire et L’Amiral Robert. Plus globalement, les rencontres aborderont divers aspects ou problématiques en lien avec le patrimoine ou l’histoire de la Martinique et des pays ou continents avec lesquels elle partage un imaginaire commun. Des rencontres qui, chaque fois, seront suivies d’une manifestation innovante, les After-C, des animations combinant musique, théâtre ou poésie. Là encore, le programme laisse place à la diversité : le Carré Dansé, moment cubain avec Serenata Cubana Quintet, puis les textes de Ruban Blades, le montage poétique des comédiens Aliou Cissé ou encore le Moman Bèlè proposé par l’AM4 (association mi mès manmay Matinik).

Le festival offre son lot de moments forts, comme la présentation les jeudi 18 et vendredi 19 juillet de La Tragédie du roi Christophe, ou encore le spectacle de danse Shadowland de compagnie américaine Pilobolus, le jazz-night concert du 14 juillet ou le concert d’Alpha Blondy, du 15 juillet à 19 h 30 au parc culturel Aimé Césaire et même un Le Carnaval des arts. Des événements phares d’une programmation qui valorise pleinement le caractère très ouvert du festival, qui invite le public au Cœur de Savane à Fort-de-France, où la musique sous ses formes les plus caribéennes occupera la scène : dancehall et hip-hop, kompa, musique des mornes, danses contemporaines ou traditionnelles, il y en aura pour toutes les oreilles et tous les styles.

Dans le parc culturel Aimé Césaire, musiciens et plasticiens prendront leur part dans la mise en oeuvre de la dynamique d’un festival où la scène jazz rencontre la poésie de Césaire et d’autres auteurs martiniquais et accompagne le travail de plasticiens et designers. Ernest Breleur, « considéré comme l’une des grandes figures caribéennes et internationales d’un art contemporain qui s’affranchit des cadres et qui dépasse dans sa dialectique plastique les codes imposés », partagera l’exposition avec Johnny Segura, Eddy Rémy et Michel Pétris.

Ce festival exploite toutes les nuances de la culture martiniquaise en conviant le plus grand nombre au village du parc culturel où se retrouveront non seulement les jeunes artistes de la scène jazz martiniquaise, mais aussi de jeunes créateurs, des chorégraphes et des ambassadeurs de la gastronomie de Martinique et d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *