« Les échos de la mémoire » au Jardin du Luxembourg, à Paris, du 10 au 12 mai 2013

Le Jardin du Luxembourg, à Paris, accueille traditionnellement les commémorations de la Journée nationale des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions. Cette année, il abritera également une exposition conçue par Luc Saint-Eloy et vouée à marquer le centenaire de la naissance d’Aimé Césaire. Intitulée « Les échos de la mémoire », elle est à découvrir les 10, 11 et 12 mai 2013.

Les échos de la mémoire
Les échos de la mémoire

L’exposition « Les échos de la mémoire », qui présente un caractère très contemporain, se déroule en 26 panneaux et 26 modules sonores. Ce travail de recherche, artistique et conceptuel de Luc Saint-Eloy et de Godwin Tété ambitionne d’offrir « à tous les publics une page d’histoire de France, à travers les grandes étapes de cette tragédie humaine et de les évoquer de façon originale, depuis les origines jusqu’à nos jours. Une volonté de bâtir une véritable mémoire partagée », selon les intentions des concepteurs et créateurs de cette exhibition documentée et didactique. Elle fait appel à une convergence des sens en invitant à appréhender cette triste page de l’histoire de France à travers des documents sonores et graphiques, ce qui peut permettre de répondre à une certaine déficience de connaissance et d’ouvrir cette page de connaissance au plus grand nombre. « La date historique du 10 mai a démontré, s’il en était besoin, que la question de l’esclavage et la traite négrière est universelle. Que les historiens apportent un intérêt particulier à cette question depuis de longues années, et qu’il est temps aujourd’hui de mettre à portée de tous les travaux et cette connaissance. Beaucoup d’entre eux parlent de devoir de mémoire indispensable à la compréhension de cette terrible tragédie. Mais peut-on parler de devoir de mémoire si le large public en ignore les grandes lignes ? ».

Luc Saint-Éloi, fondateur du théâtre de l’Air Nouveau, comédien, réalisateur et créateur d’événements à caractère historique, s’appuie sur les travaux de Godwin Tété, historien et auteur de 1848 : Abolition de l’esclavage (La traite et l’esclavage négriers). Le Guadeloupéen qui a souvent exploré les événements et les faits de l’Histoire propose une lecture inédite. Le public pourra se déplacer à travers l’exposition sur l’allée Saint-Michel et autour du kiosque à musique. Ainsi, « 26 modules sonores intégrés aux panneaux retracent la tragique histoire de la traite et de l’esclavage négriers à travers un feuilleton dramatique de 26 épisodes d’environ 2’30 à 3’30, sur la base des travaux de l’historien Godwin Tété, adaptés de la série radiophonique diffusée du 15 avril au 10 mai 2013 » (sur les radios du groupe France Télévisions).

Côté visuel, l’exposition revient à la fois sur l’histoire et sur les actions plus récentes visant à en faire un devoir de mémoire : « 26 lettres de l’alphabet accompagnent un parcours imagé, volontairement décalé par rapport au douloureux voyage sonore qui nous plonge au cœur d’une page sombre de l’histoire de l’humanité. Les documents visuels illustrent les initiatives prises, dans l’Hexagone, en outre-mer ou ailleurs, pour restituer cette mémoire, et rendre hommage aux innombrables victimes de cette tragédie. En complémentarité avec les thèmes évoqués dans les modules, l’Abécédaire conjugue sur trois temps : le Passé sur un fond de sable sombre, le Présent sur un fond plus clair et l’Avenir qui nous interpelle dans le dernier panneau par une mosaïque ensoleillée. »

« Les échos de la mémoire » : Journée des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions
Exposition du 10 au 12 mai 2013, dédiée à Aimé Césaire
Jardin du Luxembourg
Allée Saint-Michel (et autour du kiosque à musique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *