Outre-Mémoire, une évocation de la traite des esclaves à la Cité de la musique

Le pianiste Alexandre Tharaud se voit confier un Domaine Privé par la Cité de la musique à Paris. Dans le cadre de cet événement qui se déroule du 15 au 22 novembre 2013, il proposera dans sa programmation Outre-mémoire. Une pièce « qui se donne l’ambition d’un double regard sur l’esclavage, par le prisme musical et par celui d’un art visuel ».

La pièce Outre-mémoire a pour sujet l’esclavage et de la traite négrière, un projet qui réunit « deux artistes ayant un lien particulier à cette histoire par leur commune origine antillaise ». Elle est programmée le samedi 16 novembre 2013 à 20 h à l’amphithéâtre de la Cité de la musique. La partition de Thierry Pécou associée au travail scénique de Jean-François Boclé (Tu me copieras) proposera au public un échange entre musique et vidéo, dans lequel on distinguera des textes (Code noir) et des références musicales au palo monte notamment. L’oeuvre, composée en 2003 par Thierry Pécou, sera jouée pour l’occasion par le pianiste Frédéric Vaysse-Knitter et l’Ensemble Variances. Thierry Pécou, auteur de l’œuvre composée en 2003, considère que sa « partition et les installations de Jean-François Boclé se sont construites dans un échange perpétuel d’idées mais, dans le souci d’éviter l’écueil de l’illustration de l’une par l’autre, chacune des parties fonctionne de façon autonome dans deux temps et deux espaces différents, le spectateur étant amené à circuler successivement des installations au concert ».

L’œuvre évoque la traite des esclaves
Outre-Mémoire est une évocation de la traite des esclaves, considérés comme des « biens meubles » dans le Code noir, ce recueil de textes juridiques rédigé en 1685 sous Louis XIV. C’est à l’instigation d’Alexandre Tharaud que le compositeur Thierry Pécou et l’artiste Jean-Francois Boclé, tous deux d’origine antillaise, ont développé en 2004 un travail parallèle – plutôt qu’une collaboration proprement dite – sur leur « histoire commune ». L’un, en composant une partition pour piano, flûte, clarinette et violoncelle, qui s’inspire du palo monte, ce culte d’ascendance bantoue que les esclaves ont emporté avec eux à Cuba. L’autre, en concevant une installation que l’on pourra voir dans la Rue musicale.

« Tu me copieras » met en question l’Histoire, son écriture, sa réécriture, indique Jean-François Boclé. Crissements, frottements, craie qui casse et tombe au sol, bruits de pas sur l’estrade activent une mémoire, celle de l’enfance : l’école, le passage au tableau, l’élève, le maître. Les écrits se superposent et saturent progressivement de craie le tableau noir qui se recouvre d’un blanc monochrome. Je ne passe pas l’éponge. À mesure que j’écris, je m’aveugle. Quel autre regard que l’aveuglement soutient la démesure ? »

Arrêt sur mémoire, cérémonial de recueillement dépourvu de tout pathos : c’est ainsi que Thierry Pécou décrit ces regards croisés sur un passé douloureux.

Outre-Mémoire : Frédéric Vaysse-Knitter (piano), Ensemble Variances
Samedi 16 novembre 2013, 20 h, 18 euros
Thierry Pécou, OutreMémoire
Jean-François Boclé, Tu me copieras (installation vidéo), du 15 au 22 novembre dans la Rue musicale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *