Jamaica Jamaica ! : l’histoire de la musique jamaïcaine à la Philarmonie de Paris

L’histoire de la musique jamaïcaine est inscrite au programme des visites à ne pas manquer, à partir du 4 avril à l’espace d’exposition de la Philharmonie de Paris. Jusqu’au 13 août 2017, Jamaica Jamaica ! met au centre de l’attention la musique jamaïcaine et retrace les grandes étapes de son évolution. De Bob Marley, « première superstar issue du tiers-monde », aux influences de la musique jamaïcaine dans « les musiques urbaines d’aujourd’hui », l’exposition explore pour l’occasion l’un des principaux chapitres de l’histoire des musiques noires.

Avec la présence du « mural artist » Danny Coxson invité à réaliser sur place « une œuvre totale et éminemment jamaïcaine », Jamaica Jamaica ! dépeint, jusqu’en août 2017 à la Philarmonie de Paris, ce qui a fait l’évolution musicale et politique de la Jamaïque. Racontant comment la culture jamaïcaine a impacté l’ensemble des domaines artistiques au niveau international, de la mode à l’art contemporain en passant par la musique. L’exposition suit un parcours qui part du passé esclavagiste de la Jamaïque dont la « production artistique et musicale jamaïcaine » reste influencée pour finir par aborder « la musique jamaïcaine de l’après-Marley », en l’occurrence le dancehall.

Jamaïca Jamaïca ! - De Marley aux deejays
Jamaïca Jamaïca ! – De Marley aux deejays

Le cheminement choisi pour l’exposition introduira le visiteur vers la fin du 19e siècle dans les campagnes de la Jamaïque avec le Mento, le « calypso jamaïcain » qui « prend racine dans les multiples héritages de l’esclavage : et se nourrit aussi bien des danses et chants des peuples d’Afrique de l’Ouest que de pratiques coloniales comme le quadrille, danse de cour alors très populaire en Jamaïque« . Par la suite, le parcours va confirmer le lien étroit entre l’histoire et la culture avec la thématique de l’Independence ska ! racontant le surgissement du ska, – au début des années 60 et surtout en même temps que la décolonisation, – avec « l’Alpha Boys School, le ska qui va devenir, entre 1960 et 1966, le premier phénomène musical jamaïcain de portée mondiale ». À la naissance de nouveaux courants musicaux s’ajoutent le développement des moyens et l’esprit d’entreprise qui va influencer fortement l’expansion de la culture jamaïcaine : du premier studio d’enregistrement aux premiers sound systems à la fin des années 50, en Jamaïque s’inventent des techniques de création et de nouveaux sons… Une dynamique qui va voir naître le reggae et Bob Marley, avec l’inspiration de Lee Perry qui « produira Bob Marley and The Wailers, les préparant à la gloire internationale ».

Pour continuer à conter le film de l’histoire de la culture jamaïcaine, l’exposition s’arrête sur l’expansion du sound system ou « la disco-mobile de rue », en en faisant « le véritable instrument de la musique jamaïcaine » ou encore sur ce qui incarnera désormais la musique jamaïcaine : le reggae et forcément le mouvement rastafari qui accompagne l’envolée d’une tendance musicale devenu mouvement culturel.

« Bob Marley et les Wailers, otages politiques de leur quartier » et « La musique jamaïcaine de l’après-Marley » sont les deux thématiques qui achèvent de révéler l’apport continu de la culture jamaïcaine. De la vie d’adolescent à Trenchtown à celle de star internationale, Bob Marley « figure christique des sans-voix » a avec les Wailers porté les couleurs de la culture jamaïcaine sur les scènes du monde entier, sa disparition laissant l’impression que le reggae doit se trouver un autre leader. Aujourd’hui, comme le relèvera l’exposition le dancehall et ses codes montrent un autre aspect de la culture du pays, avec des caractéristiques qui orientent vers de nouveaux modèles et des normes bien différentes de celles véhiculées par le reggae et ceux qui en fait le succès depuis les années 60.

Bob Marley à Londres, 1974 ©Adrian Boot
Bob Marley à Londres, 1974 ©Adrian Boot

Plusieurs concerts, des performances et des projections étayeront ces semaines d’exposition.

Jamaica Jamaica ! à partir du 4 avril 2017
Au milieu des Caraïbes, une île minuscule, à peine plus grande que la Corse est devenue une exception absolue dans l’histoire de la musique. Donnant vie à l’un des courants musicaux majeurs de la seconde moitié du XXe siècle, la Jamaïque est un iceberg tropical dont la partie émergée, le reggae de Bob Marley, dissimule une histoire qui va bien au-delà de la musique.

Trop souvent réduite à cette icône universelle, la musique jamaïcaine, aux ramifications aussi vastes que le jazz ou le blues, et aux racines remontant au temps de l’esclavage, trouve ses sources dans des formes traditionnelles héritées de la colonisation des XVIIIe et XIXe siècles.

Méconnues du grand public, ses audacieuses inventions jadis bricolées dans les ghettos de Kingston ont jeté, dès les années 1950, les bases de toutes les musiques urbaines contemporaines, invitant dans le vocabulaire musical d’aujourd’hui le DJ, le sound system, le remix, le dub…

Musique sacrée ou musique profane ? Rurale ou urbaine ? Bande-son pour les sages rastas ou pour les bad boys du ghetto ? Musique du monde ou musique mondialisée ? L’exposition Jamaica Jamaica ! propose de rendre compte de cette histoire relue au prisme des conflits post-coloniaux et des rencontres qui ont fait naître un mouvement unique et universel où s’entrechoquent façon sound clash des noms tels que Bob Marley, Peter Tosh, Lee Perry, King Tubby, la Alpha Boys School, Haïlé Sélassié, Marcus Garvey mais aussi des styles musicaux aussi différents que le burru, revival, mento, ska, rocksteady, reggae, dub, dancehall…

Réunissant objets, images et films rares débusqués auprès de collectionneurs privés ou provenant des musées de Jamaïque, des États-Unis et de Grande-Bretagne, donnant la parole aux jeunes artistes jamaïcains, l’exposition Jamaica Jamaica ! résonne comme un cri, un appel pour cette musique qui fut caisse de résonance de la colère d’un peuple, et qui porta sa supplique bien au-delà des frontières de la Jamaïque pour en faire la plus populaire des musiques du monde.

Exposition
Jamaïca Jamaïca ! – De Marley aux deejays
Du mardi 4 avril 2017 au dimanche 13 août 2017
Cité de la musique – Philharmonie de Paris
221, avenue Jean-Jaurès – 75019 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *